Budget
à
Surface
à
Avec-Cachet.com
34 rue Espiot
33200 Bordeaux


05 56 08 58 40
L'habitat typiquement bordelais : les échoppes

Initialement destinées à abriter une population ouvrière, les échoppes bordelaises sont aujourd'hui devenues un habitat très prisé !

A l'origine, d'après les textes du XVème siècle, l'eschoppe, choppe ou choppa,  était un appentis en  bois, appuyé sur les remparts de la ville, abritant les activités des artisans et des commerçants.
Le terme a perduré en s'adaptant aux nouveaux usages et a fini par désigner un type d'habitat apparu au XVIIIème, à la faveur d'une période économique faste.
L’origine de l’échoppe est donc un système urbain intelligent qui a permis aux habitants de vivre en ville avec les avantages de la campagne.

Une échoppe bordelaise
La particularité de l’échoppe est d'être une maison en pierre de taille mitoyenne (d'un seul niveau à l'origine) entre rue et jardin, ce jardin à l'arrière étant un jardin potager à l’époque. Il était essentiel puisqu'il permettait à la famille de subsister.
A l’avant, la rue était un prolongement naturel de l'espace privé où les enfants pouvaient jouer et les gens s’asseoir pour discuter. On devine encore aujourd'hui cette utilisation de la rue avec les rideaux qui subsistent devant certaines portes et qui permettaient de laisser ouvert afin de ventiler les échoppes.

Dès le XVIIIème siècle, mais surtout dans le courant du XIXème, période d'essor économique important, la population de Bordeaux augmente en raison de l'arrivée d'ouvriers agricoles attirés par les emplois. De nouveaux quartiers sont créés, dans lesquels on retrouve des alignements d'échoppes.


Une échoppe simple
Modeste, l'échoppe "simple" ne possède sur l'avant qu'une porte d'entrée et une fenêtre. Sans ou avec peu de décoration sur sa façade, elle est généralement conçue pour les ouvriers. Elle se compose de trois pièces en enfilade distribuées par le couloir latéral avec la courante pièce noire au milieu.

Elle appartient souvent à un propriétaire qui en possède plusieurs.

Une échoppe double
 
Plus cossue, l'échoppe "double" dispose d'une à deux fenêtres de part et d'autres de la porte d'entrée. Elle reprend les mêmes caractéristiques que l'échoppe simple, le couloir central distribuant quatre à six pièces. Sa façade est souvent ouvragée.



L'échoppe est construite en pierre de taille, sa toiture est asymétrique avec un faîtage parallèle à la rue, les tuiles sont le plus souvent des tuiles de Gironde. Les portes d'entrée, les volets, les menuiseries et les parquets sont en bois de chêne ou de pin. La porte est le plus souvent surmontée d'une imposte vitrée qui permet d'éclairer le couloir. Le soupirail côté rue constitue souvent le seul accès à la cave, qui permettait de stocker le charbon. Au fil des ans, sont venus s'ajouter la souillarde, les toilettes et la véranda.

La décoration des façades est plus ou moins riche. Depuis la simple bordure de denticules sous la corniche, les frises se décorent, au fur et à mesure des époques, de feuilles d’acanthe ou d’arabesques tandis que les linteaux des portes et fenêtres s'agrémentent de guirlandes de fleurs et de fruits, de mascarons à tête humaine ou animale.

Une échoppe bordelaise avec une façade travaillée

Les échoppes sont principalement situées dans les quartiers de Nansouty, Saint-Augustin et Caudéran à Bordeaux mais également dans les communes proches de Bègles, Talence et Le Bouscat.

On en dénombre plus de 10 000 !